Les chrétiens entament la semaine sainte

Les chrétiens ont entamé, ce dimanche des Rameaux, la semaine sainte. La plus grande semaine de l’année liturgique chrétienne mais aussi la dernière du temps de carême. Le dimanche des Rameaux commémore à la fois  » l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem ainsi que sa passion et sa mort sur la croix, un certain vendredi Saint aux environ de 15 heures, dans la rue dite de « douleur », toujours à Jérusalem. C’est cette entrée triomphale du Christ que les chrétiens ont célébré, hier, en chantant « Hosanna au fils de David. Hosanna  » Avant cette condamnation, Jésus est accueilli, ce 5ème dimanche du temps de Carême, comme un roi dans les rues de Jérusalem. Le fils de Dieu a organisé cette entrée en envoyant deux de ses disciples chercher un ânon. Les rois de Judée, descendant de David, pour être couronnés, entraient solennellement dans Jérusalem, leur capitale, sur un ânon qui était la monture habituelle en Palestine. il entre alors à Jérusalem sur cette monture, pour se manifester publiquement comme le Messie que les Juifs attendaient.

Cette fois, à la place des rameaux, les fidèles ont utilisé des foulards et des foulards et des mouchoirs blancs, sur proposition de l’archevêque de Dakar, Benjamin Ndiaye. Les Juifs savaient que le Messie Sauveur viendrait de la même manière dans sa ville pour les débarrasser du péché et se faire proclamer roi. Le christ va réaliser cette espérance ; C’est pourquoi le peuple l’acclame sans savoir. Mais, Jésus n’est pas ce roi que les Juifs attendaient. Il le fait savoir d’ailleurs : « Dites à la fille de Sion : Voici que ton roi vient à toi ; humble, il est monté sur une ânesse et un ânon, petit d’une bête de somme », a expliqué Abbé Jacob André Ndiaye, vicaire à la paroisse Saint Paul de Grand Yoff. Le fils de Dieu sait qu’il sera accusé avant d’être condamné au milieu des bandits. Dans la page de l’Evangile du dimanche des Rameaux, abbé André revient ainsi sur le dialogue entre Jésus Christ et l’un des condamnés pour montrer sa bonté. « Ce dernier demande à Jésus de se souvenir de lui quand il viendra inaugurer son règne au ciel », a rappelé le guide religieux. « Jésus donne des assurances à son interlocuteur. Amen, je vous le déclare, aujourd’hui, avec moi tu seras au paradis ». Ceci fait dire au prêtre qu’une qu’une personne , quelque soit la faute commise, peut être pardonnée par Dieu. Selon lui, le règne du Christ est « un règne d’amour, de pardon et de miséricorde. Jésus peut restaurer chacun d’entre nous quel que soit notre pêché. Il a accepté de souffrir pour payer le pêché de l’Homme », a ajouté le jeune prêtre.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com