Téhéran a abattu vendredi un drone « non-identifié » dans la région de Bandar-é Mahchahr, port du sud-ouest de l’Iran donnant sur le Golfe, selon une agence de presse iranienne. L’appareil appartient à une puissance étrangère, selon la même source.

Un drone « non-identifié » a été abattu, vendredi 8 novembre, par l’armée iranienne dans la région de Bandar-é Mahchahr, un port du sud-ouest de l’Iran donnant sur le Golfe, selon des agences iraniennes. « La défense antiaérienne est entrée en action dans la matinée et a détruit » cet appareil qui volait « dans le ciel de Bandar-é Mahchahr », dans la province du Khouzestan, écrit l’agence de presse Isna.

L’Iran a en outre affirmé que le drone en question appartenait à une puissance étrangère, a rapporté l’agence de presse d’État IRNA

L’appareil a été abattu à l’aide du système de missiles Mersad, selon l’agence Tasnim, proche des ultraconservateurs et généralement bien informée sur les questions de défense

Précédemment

En juin dernier, Téhéran avait neutralisé un drone américain alors qu’il venait d’entrer dans l’espace aérien iranien dans la province côtière d’Hormozgan, dans le sud du pays. Il s’agissait d’un RQ-4 Global Hawk, l’un des plus importants aux États-Unis. Aucune photo ni aucune vidéo n’a été publiée sur l’incident.

À la suite de cet incident, le président américain Donald Trump avait dit avoir annulé à la dernière minute des frappes de représailles, afin de ne pas provoquer de lourdes pertes humaines.

La tension entre les États-Unis et l’Iran atteint de nouveaux pics depuis six mois, sur fond d’escalade militaire dans le Golfe et de frictions autour du programme nucléaire iranien.

Washington a appelé jeudi la communauté internationale à prendre des mesures « sévères » pour faire pression sur l’Iran après la reprise par ce pays de ses activités d’enrichissement d’uranium dans une usine souterraine. Téhéran entend ainsi riposter au retrait américain, en 2018, de l’accord sur le nucléaire iranien, et au rétablissement des sanctions économiques américaines.

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici