La boule à zéro de Bassirou Gueye blesse Me Ndèye Fatou Touré

Invité à faire des observations sur la constitution de l’Etat du Sénégal dans cette affaire, le parquet a voulu jouer la carte de la neutralité. Cependant, il a dit son incompréhension sur le fait que la défense ne veuille pas que l’Etat soit représenté dans ce procès.

« Or, déplore-t-il, quand il s’agit de mettre en place une caisse d’avance, on est allé chercher le receveur municipal pour lui dire : ‘‘vous êtes l’Etat, donnez-nous l’argent’’. Quand il s’agit de prendre des fonds, l’Etat est concerné et quand il s’agit de rembourser, on dit que l’Etat n’est pas concerné. »

En outre, Serigne Bassirou Gueye s’est opposé à la constitution. « La ville de Dakar n’a pas présenté des pièces suffisantes pour figurer dans cette procédure. Par contre, l’AJE est là parce que l’Etat a subi un préjudice », soutient-il.

A ceux qui soutiennent que le procureur de la République n’est là que pour obtenir la tête de Khalifa Sall, il leur rétorque, sur le ton de l’humour : « J’ai la boule à zéro, je me rase tous les jours. J’ai horreur d’une tête qui a des cheveux. »

Ces propos du procureur ont choqué Me Ndèye Fatou Touré qui n’a pas manqué de le souligner lors de sa prise de parole.

« On attend le procureur sur un débat technique. Mais les avocats n’ont pas laissé leur cabinet depuis des mois pour venir entendre parler de lit long, de lit court et de tête rasée. On n’est pas là pour faire l’apologie de la tête rasée. Cela me fait très mal de vous entendre vous exprimer ainsi de manière dévergondée », a fait remarquer la robe noire, très remontée contre le parquetier.

Me Borso Pouye en rajoute que les réponses de Serigne Bassirou Gueye sont impertinentes.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com