Jakartaman tué à Thiès: A coté de la plaque!!!

On pourra dire ce qu’on veut, mais la police a du répondant. Elle est en train de réussir son ‘‘projet latéral’’ (l’une des trois stratégies en communication de crise avec la reconnaissance et le refus) qui consiste à changer l’angle de vue d’un problème. Elle l’a si bien réussi que tout le monde – la presse en premier – est complètement en train de passer à côté de la plaque, sur les véritables termes du débat. S’intéresser aux aveux ou aux excuses qu’aurait faits le pharmacien dans les locaux de la police, épiloguer sur la prescription médicale pour le Tetavax, s’attarder sur les détails techniques de la vidéosurveillance pour savoir qui a empoigné qui en premier…, est une manière de mal poser les problèmes pour légitimer la panacée de circonstance dont on cherche à faire bénéficier la police. Sans pédantisme, là n’est pas le problème. Dans cette crise ‘pharmaceutique’, comme dans d’autres plus graves, plus dramatiques (Amar Mbaye, Elimane Touré, Seck Ndiaye…) la constante qui demeure, et que tout le monde (la presse en particulier) semble vouloir éluder par d’autres variables, est là et bien là : Combien de temps les autorités vont faire la politique de l’autruche pour ne pas rogner sur les prérogatives outrageusement exorbitantes d’une puissance publique de plus en plus dépassée par des exigences citoyennes légitimes ? CQFD.

Enquête

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com