Festival de Cannes : Une pétition contre la Palme d’or d’honneur d’Alain Delon

La 72e édition du plus grand festival de cinéma au monde sera déclarée ouverte ce mardi 14 mai au soir au Grand Théâtre Lumière de Cannes, mais depuis hier, elle vit déjà sa première polémique : une pétition lancée depuis les États-Unis s’oppose vigoureusement à la remise d’une Palme d’or d’honneur à Alain Delon, accusé d’être «raciste, misogyne et homophobe».

Signée par plus de 15 000 personnes jusqu’à lundi, la pétition contre la Palme d’or d’honneur à Alain Delon fait visiblement des vagues. Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, s’est senti obligé de défendre son choix de remettre cette distinction à l’acteur vénéré dans le monde entier en disant : «Delon est libre d’avoir ses opinions, même si je ne les partage pas».

Alain Delon et l’histoire du septième art

Pour le moment, le Festival de Cannes persiste à remettre la Palme d’or d’honneur à Alain Delon «pour sa magnifique présence dans l’histoire du septième art». Lors d’une cérémonie prévue dimanche 19 mai, Delon, qui avait en 2018 lors de l’émission Thé ou Café publiquement avoué avoir frappé des femmes, montera alors les mêmes marches qui ont vu défiler l’année dernière 82 femmes du 7e art pour revendiquer l’égalité avec les hommes, après l’électrochoc de l’affaire Weinstein.

Lors de cette 72e édition du rendez-vous mondial du cinéma, le portrait de Delon ornera aussi le Palais du Festival sous forme d’une affiche géante tirée de l’image d’une scène de Plein Soleil, le film de René Clément sorti en 1960 qui a rendu célèbre Alain Delon à l’âge de 25 ans, avant d’incarner le Guépard de Luchino Visconti, Palme d’or en 1963.

Ironie de l’histoire : aujourd’hui conspué par la pétition américaine pour ses positions en faveur des idées de l’extrême droite et contre les homosexuels, Alain Delon avait longtemps refusé d’être honoré par la Palme d’or d’honneur.

Les Zombies à Cannes

Entretemps, reste à savoir si la horde de zombies emmenés par Iggy Pop et Tom Waits dans le film d’ouverture The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch réussira à faire oublier la polémique et à recentrer le débat sur l’art cinématographique. Sous l’œil du cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu, président du jury, la prestigieuse Palme d’or sera décernée le 25 mai à l’un des 21 films, dont cinq longs métrages de cinéastes déjà palmés : Abdellatif Kechiche présentera Mektoub my love : Intermezzo, les frères Dardenne Le jeune Ahmed, portrait d’un jeune adolescent radicalisé, le Britannique Ken Loach Sorry We Missed You, l’Américain Terrence Malick Une vie cachée.

De l’Atlantique aux Misérables

Parmi les nouveaux venus prêts à créer la surprise se trouve la Franco-Sénégalaise Mati Diop avec un premier long métrage sur le drame des migrants, intitulé Atlantique. Mais aussi le portrait d’une femme en crise tiré par Justine Triet dans Sybil et le Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma attirent déjà l’attention des 40 000 professionnels et 4 500 journalistes attendus au Festival. Sans oublier Les Misérables de Ladj Ly, résolu à conquérir la Croisette avec son histoire vraie d’une bavure policière en Seine-Saint-Denis au sein de la Brigade anti-criminalité de Montfermeil.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com