Faux médicaments de Touba Belel : le procureur demande une réduction de peine pour Bara Sylla

Impliqué dans l’affaire dite des faux médicaments de Touba Belel dont la valeur est estimée à 1 milliard 350 millions de francs Cfa, Bara Sylla, co-accusé d’Amadou Woury Diallo (5 ans de prison), gracié au mois d’avril par le président de la République a comparu hier devant la Cour d’appel de Thiès. Le procès en appel s’est ouvert sans l’autre prévenu : Amadou Woury Diallo qui serait déjà rentré dans son pays. Arrêté à Dakar (Castors), puis conduit à Touba pour les besoins de l’enquête préliminaire, le sieur Bara Sylla avait nié entretenir des relations quelconques avec Amadou Woury Diallo. Il disait qu’il “ne le connaissait pas et n’a jamais eu des entretiens téléphoniques’’ avec son co-prévenu. Pour vérifier l’authenticité de ses propos, les enquêteurs ont dû recourir à la Sonatel. Les réquisitions ont permis de révéler toutes les communications qu’ont eues les deux “partenaires’’. Devant la barre, Bara Sylla a fini par reconnaître les faits, lorsqu’il est revenu sur le voyage qu’il a effectué à en terre guinéenne où il a rencontré Amadou Woury Diallo. Qui, plus tard, va charger les deux cargaisons en destination de Touba. Les avocats de la partie civile ont saisi l’occasion pour enfoncer le prévenu. Me Abdoulaye Babou a demandé à ce qu’il soit condamné à perpétuité, vu la gravité des actes posés.

Il a demandé à l’État de sévir pour mettre un terme à cette mafia en cours dans la ville sainte de Touba. Me Babou : “Le Président a fait exprès de gracier Woury Diallo’’ “A Touba, à cause de ces faux médicaments, des milliers de Sénégalais sont victimes de maladies rénales et de cancers. Nous le vivons et le voyons, tous les jours. Au moment où certains pensent à soigner les citoyens, d’autres les tuent. Donc, ces gens ne peuvent continuer à tuer les Sénégalais. C’est à l’État de réagir, pour mettre fin à cette mafia. Mais, je me demande de quoi a-t-il peur. Les faux médicaments sont devenus un problème de santé publique. Dans cette affaire, il faut que la loi soit dite, dans toute sa rigueur, pour dissuader ceux qui seront tentés de faire la même chose’’, a martelé l’avocat.

Qui renseigne que ces médicaments proviennent de la Corée du Nord. Me Abdoulaye Babou de révéler qu’ils sont transportés via des circuits illégaux jusqu’à Touba, en passant par la Guinée. Sur la grâce présidentielle accordée au coaccusé Amadou Woury Diallo, l’avocat de la partie civile s’est dit surpris de la décision du chef de l’État, Macky Sall. “Le président de la République dit ne pas être au courant que la procédure suivait toujours son cours. Il est bel et bien au courant. Il a fait exprès et a décidé de faire comme bon lui semblait. C’est ça la vérité. On sait comment fonctionnent les choses dans ce pays. Il a fait exprès de gracier Woury Diallo. Je le dis et j’assume’’, a-t-il fulminé, rappelant que celui-ci devait comparaître hier comme son co-accusé. Prenant la parole, l’avocat général a demandé au président de la Cour d’infliger une “peine juste de quatre ans’’ à Bara Sylla. Pour ce qui concerne Woury Diallo, le représentant du ministère public a tout simplement sollicité la dispense d’exécution de la peine. Me Touré : “Ce dossier manque de cohérence et, est incomplet’’ Les avocats de la défense ont, eux, plaidé la relaxe pure et simple de leur client. Mieux, ils souhaitent l’infirmation du jugement rendu en première instance pour les chefs d’association de malfaiteurs, complicité, exercice illégal de profession de pharmacien et contrebande. D’après Me Khassimou Touré, la Cour doit abandonner toutes les charges et infirmer le jugement déjà rendu, en tenant compte des principes “d’équité et d’éthique’’ qui ont toujours été chers au défunt juge Kéba Mbaye. “Dans cette affaire, il y a eu des conclusions tendancieuses, hâtives et partielles. Dans la procédure, il est mentionné que c’est un certain Mamadou Saliou Bâ qui a fait le dédouanement et est propriétaire des camions. Bara Sylla vous a dit qu’il n’était au courant de rien. Le nom d’Alpha Oumar Barry est aussi revenu. Personne ne les a interrogés. Pour la manifestation de la vérité, une descente en Guinée s’impose pour recueillir leurs propos’’. Aux yeux de l’avocat, “le principe d’équilibre n’a pas été respecté’’. “On ne doit pas verser dans la clameur et la pression. Pendant qu’on rejuge l’un, l’autre est rentré chez lui. Ce dossier manque de cohérence et, est incomplet’’, a martelé- Me Khassimou Touré. Qui s’est montré insatisfait de la réquisition du procureur qui demande de ramener la peine de Bara Sylla de 7 à 4 ans. Car selon lui, la peine infligée à son client, en première instance à Touba, a été “très disproportionnée par rapport aux faits.’’ Poursuivant sa plaidoirie, l’avocat de la défense a déclaré que les uns et les autres “ne doivent pas profiter de l’affaire des faux médicaments pour faire le procès de Touba et que son client, à lui seul, ne peut pas en faire les frais.’’ Le verdict final du procès en appel est attendu, le lundi 22 juillet 2019.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com