Le  parlementaire  de Luxembourg Marc Angel,  par  ailleurs  ambassadeur  de l’atteinte  des 3/90 ( Tatersen)   à Onu-Sida a visité Enda-Santé. L’idée étant de s’imprégner des activités de l’entité. Une occasion pour le  Secrétaire  exécutif  de s’entretenir  avec la  presse  sur ce  qui  se  fait dans  la  lutte  contre  le  Sida.  Daouda  Diouf  estime  qu’il  ne  faut  pas   s’éloigner du sujet: ‘’ Il  faut  garder  le  caractère  prioritaire  de  la  lutte  contre  le  Sida ». Entretien

Vous  venez  de  faire  un  tour  des  activités  menées  par  ENDA dans  le  cadre  dune  visite  de  l’ambassadeur  de Onu-sida pour l’atteinte des trois  90  qu’elle  est  l’intérêt  d’une telle  visite?

 Une telle  visite  est  importante   pour  nous  acteurs  de  terrain.  Nous  essayons  autant  faire  se  peut  tous  les  jours  d’offrir  un  service  de  qualité  aux  populations.   Surtout  celles  qui  sont  le  plus  à  risque   et  qui  ont  plus  besoin  d’informations.  Il  s’agit  des  jeunes,  des  femmes  des  populations  clés. ‘idée est de   diminuer  la  propagation  de  l’épidémie  du  VIH  Sida.   Cette  visite  nous  met  en  contact  avec  nos  partenaires  étrangers. Cela,  leurs  permet  de  voir  ce  qui  se  fait  mais  aussi  les  défis  et  contraintes,  ce  qu’il  reste   à  faire, autrement, les perspectives. 

  Le  Sénégal  n’  a jamais été  plus  proche  de  l’atteinte  des   3/90  qui  inclut  la maîtrise de  l’épidémie. Cependant  nous  avons  encore  beaucoup  de  défis  à  relever  et  nous devons garder  le  caractère  prioritaire  de  la  lutte  contre  le  Sida.    Si  on  règle  le  problème  du  Sida,     on  peut  facilement  régler  le  reste.  Nous  avons  réussit  au  Sénégal. Ce,   avec  beaucoup  d’efforts  pour  maintenir la  prévalence à 0, 5¨%.  Cela  veut  dire  que  très  peu  de  personnes  dans  la  population  générale encourent  le  risque  d’attraper  le  sida.  j’ai  l’habitude  de  dire  comme  ça   que,   si  quelqu’un  contracte  le  sida  dans  la  population  générale,  c’est  qu’il manque   vraiment  de  Chance.  Cependant  il  y a une  forte  relation  entre  la  population générale  et  celle  clés.  Aussi,  si  on  veut  maîtriser  l’épidémie  il  faut  accéder  aux  populations  clés  et  surveiller  leurs  traitements.  C’est  très  difficile   mais, c’est  le  prix  qu’il  faut  payer  pour  atteindre  le  Tatersen.

Justement  qu’est  qui  est  fait  par  rapport  à  ces  populations  clés  et  qu’elle  est  la  prévalence  dans  les  différents  groupes?

 Nous  avons  réussit    au  Sénégal  à  baisser  la prévalence  auprès  des  travailleurs  du  sexe ( PS)  d’environ  20%  à  5%.  Notre  pays   est  l’un  des  rares  pays  à  avoir  réussit  cette  percée.  Cela  veut  dire  que   si  on  continue  sur  cette  lancée,  on  peut   avoir  un   plus  faible  taux  voire  l’élimination.  C’est  aussi   très  compliqué  avec  les  usagers  de  drogue  injectable ( UDI).  Leur  prise  en  charge  est  difficile  et  on  les  retrouve  dans  les différentes  catégories  de  la  population.   Il y a  les  MSM   aussi,  mais  il  faut  prendre  en  charge  toutes  les  catégories  de  personnes,  aller  dans  tous  les coins  et  recoins,  à  chaque  kilomètre,  les  trouver  et  faire  le nécessaire.  le Sénégal  ne  peut  pas  le  faire tout  seul.  C’est  pourquoi,  cette  coopération  est importante.  Il  y a  aussi  le  fait  qu’en  Europe  on  a les  populations  qui  se  replient.   il  faut  qu’on  leurs   démontre  que,  la  coopération  au  développement  marche,  et  sauve  des  vies.

 On  sait  que  vous  privilégiez l’approche  communautaire,  comment  vous  êtes  parvenus  à  nouer  cette  connexion  avec  les  populations  clés?   Surtout  comment  les  inciter  à amener  leurs  paires pour  accéder aux  traitements et  aux  soins…?

  C’est  très  difficile.  On  travaille  au  jour  le  jour.  Parfois  on  est  accepté,  parfois  rejeté  tout  simplement.  Mais,  l’idéal  est  de  ne pas se lasser  et  d’instaurer  un  climat  de  confiance.  C’est  la  constance  de  nos  interventions  auprès  d’eux, le  respect  de  leurs  heures,  les  stratégies  flexibles, mobiles  qui  font  qu’ils  finissent  par  nous  accepter.  Nos  services  sont  anonymes  et  gratuits.  Quand  les  gens  viennent  ici, nous  ne  cherchons  pas  à  savoir  d’où  ils  viennent  quel est leur ethnie ou religion (..).  C’est  quand  ils  expriment  le  besoin  d’aller  plus  loin,  qu’on  les  prend  en  charge  selon  leurs  catégories.  La  flexibilité, l’anonymat  et  la  gratuité  ont    permis  de  les  identifier  et les  orienter  vers  le  système  de  santé. C’est  un  partenariat  entre  le  ministère  de  la  santé,  ses  démembrements  et  la  société  civile  telle que Enda-santé

 il  y a  aussi  la méthode qui consiste à utiliser des  médiateurs…..?

  Ils  sont  essentiels   ces  médiateurs  et  relais,  qui  appartiennent  souvent  à  ces  groupes,  connaissent  leurs  langages,  leurs  stratégies  et  leurs  besoins.  Nous  avons  tous  été  dans  les  hôpitaux   où on  se  perd  à  plus  forte  raison  quelqu’un  qui  s’attend  à  être  stigmatisé  ou  rejeté. On  a une  bonne  demie  centaine  de  médiateurs dans  toutes  les  zones  où  nous  intervenons  et  travaillons  en  parfaite  collaboration  avec  eux.

 Où en  sommes  nous avec  l’objectif  des 3/90?

 Le  Sénégal  a  beaucoup  avancé  sur  le  premier  90  qui  consiste  à dépister  90% de  la  population  environ   70%  est dépisté. Pour le  deuxième  90,  nous  avons   un  effort  de 50%.  En  ce  qui  concerne  le troisième  qui  est  la  charge  virale  on  a  des  problèmes.  A Mbour,  une  ville très  importante,  il  n  y a pas  de  charge  virale.  C’est  le  cas  dans  d’autres  localités. Il  faut  y  remédier  parce  qu’il  est  inadmissible  que  le  Sénégal  n’atteigne  pas  les  3 /90.  C’est  une  question  de  financement  d’organisation. Il  faut  rendre  le  service  mobile pour  y arriver.  On  parle  de  3/90,  on  ne  saurait  se  concentrer   sur les  deux  premiers,  c’est  un  ensemble. l’horizon   c’est  en  2020  dans  quelques mois.  Il  faut  multiplier  les  acteurs  et  mutualiser  les  ressources.  A  l’heure  du  bilan,  il  faut  atteindre  l’objectif,  nous  avons  l’expertise.

Vous  êtes  optimiste?

 Je  suis  déterminé.  Mon  optimisme  ne  suffira  pas  mais,  je  le  suis  quand  même  parce  qu’au  Sénégal  on  n’aime  pas  qu’on  nous   lance  un  défis.  La  stigmatisation,  l’exclusion   font  qu’on  a  peur  d’aller  se  faire  dépister  et  ça  doit  cesser. ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici