CRISE A L’UGB: démarrage de la « déMARYsation »

C’est l’Ugb de Saint-Louis qui sera le théâtre qui va abriter le premier acte du mélodrame intitulé la « Démarysation ». Si vous n’y comprenez rien, ce n’est pas sorcier! C’est juste le processus de nettoyage du système éducatif de l’enseignement supérieur, de tous les hommes que Mary Teuw Niane y avait installés durant son magister. Ceux qui avaient compris très tôt que cela allait arriver, avaient déjà quitté les rangs de l’ex-ministre de l’enseignement supérieur comme c’est le cas de Babacar Gaye, l’homme fort de Goxumbacc de Saint-Louis. Les autres qui traînent encore les pieds ou qui tardent à s’autodéterminer dans la guerre entre Mansour Faye et Mary Teuw Niane ne paient rien pour attendre. Tel est le scénario de la pièce dont le dernier acte en date, oppose les étudiants au Recteur de l’Ugb de Saint-Louis.

Cet après-midi, le Recteur de l’Ugb de Saint-Louis a réussi à réunir d’urgence une assemblée de l’université restreinte pour statuer sur le cas des étudiants qui ont versé hier des eaux usées dans son bureau. Ces étudiants protestaient contre le retard de la mise à niveau du système d’assainissement du campus social causé par la mise en place tardive du nouveau gouvernement.

Cet après-midi, l’assemblée restreinte de l’Ugb a pris des résolutions graves allant dans le sens de l’escalade. Si la mort récente de Fallou Sène était occasionnée par l’invite dans l’enceinte de l’Ugb du recteur d’alors des forces de l’ordre, ce nouveau recteur est en passe de reconduire le mème schéma. Il a réussi à faire adopter à l’instance consultative de l’Ugb la résolution asymétrique, dangereuse et inopportune de faire recourir aux forces de l’ordre pour casser de l’étudiant en guise de représailles contre le simple fait que les étudiants ont versé des eaux usées dans son bureau.

Faut-il laisser la situation déraper au risque de saper les efforts du gouvernement depuis presqu’un an pour gérer la situation née des causes de la mort de Fallou Sène?

Se sachant sur la sellette par la « démarysation », le nouveau recteur (et non moins homme de confiance de Mary Teuw Niane) pourrait ètre tenté de jeter de l’huile sur le feu pour servir son maître en guise de loyauté. Juste une manière de voir les choses…

Pis encore, il cherche à radicaliser les étudiants en demandant aux autorités de ne plus nouer le fil du dialogue avec la Coordination des étudiants de l’Ugb de Saint-Louis. Que cache une telle attitude va-t-en guerre de la part du patron de l’université?

Le Recteur de l’Ugb de Saint-Louis a surfé ainsi sur la sortie au vitriol ce matin de l’intersyndicale des syndicats des travailleurs de l’Ugb de Saint-Louis qui a demandé des sanctions à l’endroit des étudiants qui ont fauté dans cette affaire. Si l’on considère que ces syndicats ne se sont jamais alignés sur la revendication des étudiants par rapport à leurs doléances (notamment l’affaire Fallou Sène), on imagine aisément que leur sortie médiatique de ce matin est plutôt inappropriée parce que l’opinion sait déjà qu’entre les travailleurs et les étudiants c’est fondamentalement le grand amour depuis les multiples accrochages qui jalonnent les relations entre les deux parties.

L’un dans l’autre, il n’est pas responsable de casser du sucre dans le dos des étudiants qui n’ont tué personne. Selon le Recteur, les étudiants l’ont bien appelé bien avant leur descente hier dans son bureau pour l’informer que des eaux usées y seront versées si jamais il voulait bien les attendre le temps d’en chercher. Il n’a trouvé rien de mieux à faire que de rester pour voir si ses potaches allaient mettre leur menace à exécution. Alors question: pourquoi a-t-il attendu? Pourquoi a-t-il voulu une confrontation? Que cherchait-il à opposer comme défiance aux étudiants très remontés contre le fait qu’il a encore positionné des forces de l’ordre devant l’Ugb de Saint-Louis?

Peut-on dès lors considérer que le fait d’avoir invité les forces de l’ordre devant l’Ugb soit perçu comme une provocation face aux étudiants à qui on a tardé à payer les bourses et qui pataugeaient dans les eaux infectes des fosses sceptiques qui débordent à travers les artères du campus social?

Que cherchait le Recteur de l’Ugb sinon la confrontation avec les étudiants? Aujourd’hui, il a fait face à la presse pour annoncer une batterie de résolutions dont aucune d’entre elles ne militent à la faveur de l’apaisement. Un manager comme lui devrait plutôt briller par le froid et la sérénité plutôt que par le bavardage devant les caméras.

Cheikh Oumar Hanne, le nouveau ministre de l’enseignement supérieur, doit réagir plus vite que ce recteur pour stopper ses dérives incendiaires avant qu’il ne soit trop tard.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com