Trop, c’est trop. C’est le cri du cœur de la Plateforme des femmes de l’opposition qui demande la libération immédiate de Khalifa Sall. Ces femmes comptent également manifester tous les mardis, jusqu’à satisfaction de leur revendication. Ces femmes de l’opposition ont signé, à l’unanimité, la pétition du Front pour la libération de Khalifa Sall, considéré comme un otage politique. «Nous allons adopter le  »Mardi de Nder ».

Ce sera toujours le mardi de revendication qui va nous servir de prétexte pour taper sur la table pour dire trop, c’est trop», clame Aida Mbodji sur iRadio. Ainsi, Hélène Tine interpelle toutes les femmes du Sénégal, au premier rang desquelles la première Dame Marième Faye Sall. Parce que « trop c’est trop. On parle de Fast-track dans le pays.

Nous voulons que le Fast-track soit appliqué dans ce dossier. Notre mobilisation est différente de celle que nous avons entendue récemment. Cette fois-ci nous nous battons pour une bonne cause». Le Pr. Amsatou Sow Sidibé estime, pour sa part, qu’«indépendamment de la dénonciation et du refus de la politique de l’injustice, de la politique du deux poids, deux mesures, nous sommes là.

Parce que nous sommes des femmes de paix. Pour un juriste comme moi, la politique du deux poids, deux mesures, c’est inadmissible». Le coordonnateur de la pétition du Front pour la libération de Khalifa Sall et Cie indique qu’ils seront à Bambey, la semaine prochaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici