Affaire Diack-fils : Le Red-chef de L’Equipe démasqué…

Peut-on donner du crédit au Rédacteur-en-chef de l’Equipe, qui a l’habitude d’écrire sur l’ancien président de l’Iaaf, Lamine Diack et son fils Massata, depuis bientôt cinq ans ? Cette question garde tout son pesant d’or, et pour cause. Selon les information en notre possession, Marc Ventouillac, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était membre de la Commission presse Iaaf, durant 4 ans (2011-2015), lorsque Sebastian Coe présidait celle-ci, en tant que Vice-président de Lamine Diack. Et, ce n’est pas tout. Car, en 2014, c’est ce même journal français, qui avait annoncé la candidature présidentielle du Britannique, Sebastian Coe, le 27 novembre. Et, le 03 décembre 2014, place à un autre article à charge contre les Diack. Pour laisser entendre que la Russie avait corrompu l’Iaaf, avec l’affaire du dopage en Russie.

Autre raison de douter de l’objectivité des nombreux écrits du Red-chef du journal L’Equipe, au sujet de l’ancien président de l’Iaaf et son fils : depuis 2015, ce même Marc Ventouillac est devenu président de Commission presse de l’Iaaf pour un mandat de quatre ans.

Le 15 juillet 2015, il y a une première plainte contre l’ancien président de l’Iaaf ; le 18 juillet de la même année, intervient une information judiciaire, le 21 septembre, est annoncée la passation de service, le 06 octobre 2015, est déclenchée l’instruction par le juge Van Rumbeke. Le 1er novembre 2015, intervient l’arrestation de Lamine Diack. Deux jours plus tard, c’est le début de l’enquête. Et toujours, c’est le Red-chef de l’Equipe qui pilote les Diack. S’il ne signe pas ces articles, souvent, il délègue un de ses deux reporters, en l’occurence Gilles Simon et Stéphanie Sellami. Qui a, d’ailleurs, signé le dernier texte en date du mardi 08 octobre 2019.

Mais aussi invraisemblable que cela puisse paraitre, jamais, L’Equipe et son Red-chef n’ont jamais, ne serait-ce qu’une seule fois, interviewé Lamine Diack, ni ses avocats, depuis le début de l’enquête. Autre fait notoire : dans son dernier article sur les Diack, L’Equipe a prêté des propos à l’ancien président de l’Iaaf. Propos qui, selon le journal, ont été tenus par ce dernier, lors de son audition, devant le magistrat Renaux Van Ruymbeke. Mais selon les sources dignes de foi, Lamine Diack nie, totalement, avoir tenu, dans un quelconque procès-verbal, les propos à lui attribués. Tout comme, il est scandalisé, en apprenant qu’il aurait chargé lourdement son fils.

Au regards des lourdes charges portées contre Lamine Diack et son fils Pape Massata, il urge de se demander à qui profitent les écrits de Marc Ventouillac et ses deux confrères de L’Equipe ? Le contenu de l’article sur Lamine Diack, dans l’édition du mardi 08 octobre, ressemble fort à une manipulation médiatique fait à dessein, pour influer sur l’instruction judiciaire.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com