Détournement de mineur: une élève de Kennedy se fait violer

Malick Camara et Pape Gorgui Ndoye âgés respectivement de 20 et 22 ans , vont devoir prendre leur mal en patience  en attendant que leur délibéré soit prononcé par les juges du tribunal départemental de Dakar, le 7 décembre prochain. Attraits tous les deux à la barre pour le délit de détournement de mineur sur une fillette de 17 ans , ils encourent une peine d’un mois ferme pour l’un et d’un mois avec sursis pour l’autre. En effet, dans son réquisitoire, ,le maître des poursuites  a estimé: « le simple fait de séduire un mineur est considéré comme un détournement de mineur ». Aussi, le parquet a-t-il soutenu que les faits ne soufflent d’aucune contestation, du moment que l’acte matériel, est l’Hébergement.

Revenant sur les faits qui se sont déroulés au mois de novembre , D.Kandji, élève au lycée John Fitzgerald Kennedy, a expliqué qu’elle avait fugué de chez elle durant une semaine environ. Mais, le malheur s’est produit le jour où Pape Malick et Gorgui l’on remmené chez elle. En outre, le père de la victime, qui se doutait de l’innocence des deux gars, a préféré conduire ces deniers au commissariats pour une demande d’explication.

De ce fait, après avoir expliqué les faits devant les enquêteurs, D.Kandji a réitéré ses propos à la barre. Selon elle, elle a été interceptée devant la porte de son école par une certaine Zeyna qui lui a dit qu’elle lui plaisait, avant de lui demander de la suivre. « Ce que j’ai fait. Et elle m’a amené à liberté 6 où je suis restée à quatre jours. C’est après qu’elle m’a libérée. Mais ayant peur de rentrer à la maison toute seule, je me suis rendue à la maison de Malick Camara à liberté 4. Et il m’a hébergé pour deux jours avant de me forcer à rentrer ». Poursuivant sa narration, elle a déclaré au juge que Pape Malick n’a pas entretenu des relations sexuels avec elle, mais plutôt c’est son ami Gorgui Ndoye qui l’a fait à deux reprises.

Interrogé, Gorgui Ndoye a balayé d’un revers de main toutes les accusations portés sur lui. Il se dit victime et fait savoir que la fille lui a fait savoir que son copain l’a fait avorter et c’est pourquoi elle a fugué de chez elle. Des propos que la jeune fille a aussitôt contestés. « Je ne lui est jamais dit cela », a–t-elle clamé. Pour sa part, Malick Camara a soutenu que : « C’est par pitié  que je l’ai acceptée chez moi. Car c’est mon ex qui l’a amené chez moi. Même ma mère n’était pas au courant qu’elle était dans la maison ».

Malgré ces déclarations, les avocats de la défense ont plaidé l’innocence de leurs clients. Le dénouement de cet affaire sera connu le 7 décembre prochain.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com