Présidentielle : L’opposition vilipende Macky devant l’Union européenne

En direction de la Présidentielle du 24 février 2019, l’opposition sénégalaise est prête à tout pour exiger la fiabilité et la mise à sa disposition du fichier électoral. C’est un mortel combat qu’elle veut livrer avec Macky Sall pour espérer le conduire au second tour de la Présidentielle de 2019. Hier, devant la Délégation de l’Union européenne, les partis politiques, notamment la Convergence libérale et démocratique Bokk Gis Gis de Pape Diop, le Pur, le Grand Parti et le parti de Cheikh Aguibou Soumare, ont dévoilé la face cachée du président Macky Sall et son gouvernement. Qui sont en train de murir des plans pour passer haut la main dès le premier tour de la Présidentielle de 2019. Les opposants au régimes de Macky Sall ont échangé avec la délégation de l’Ue sur les enjeux et préparatifs des joutes électorales à venir. Non sans détecter les failles énormes sur le processus électoral. Ils ont dénoncé la non fiabilité et la non disponibilité du fichier électoral, à trois mois de la Présidentielle. Au moment ou le ministre de l’intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a décidé de mettre le fichier à la disposition des candidats à la candidature qu’à 15 jours de la campagne électorale. Ce qui suscite déjà les soupçons de certains candidats, comme Samuel Sarr, qui parlent de l’existence de trois fichiers électoraux à la Direction de l’automatisation du fichier (Daf).

En fait, dans le cadre de son mandat, la mission d’observation électorale de l’Ue déployée en perspective de la prochaine élection présidentielle a décidé de rencontrer les acteurs impliqués dans le processus électoral  au Senegal. Ce, pour rassembler des éléments afin de faire une analyse détaillée de la situation et de formuler ses recommandations. « Nous avons échangé avec la Délégation de l’Ue sur les difficultés contractées  sur le processus électoral. Et mieux, nous avons imprimé des solutions pour que nous puissions arriver à des élections libres et transparentes », a dit Moussa Diakhate, porte parole du jour de l’opposition.

Dans son programme, révèle-t-on, la délégation de l’Union européenne doit rencontrer le Conseil constitutionnel, l’Etat et d’autres partis pour avoir une vue d’ensemble afin de mieux agir.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com