«Le Sénégal au cœur» du Président Macky Sall : Un livre qui nous parle ! (Par Soro DIOP)

Je n’ai pas lu le livre du Président de la République Macky Sall, «Le Sénégal au cœur». Je l’ai dévoré. J’ai eu avec son ouvrage des nuits studieuses. Et j’ai particulièrement aimé cet exercice inédit dans l’histoire de notre vie politique où un Président de la République, «au terme de son mandat et à la veille d’une élection présidentielle», se livre à une sorte de devoir mémoriel et délivre les grandes lignes de sa vie mais aussi de son bilan du reste fort éloquent en termes de réalisations, dans tous les domaines.

Si le Président Macky Sall a «osé», c’est parce que son audace politique puise ses fondements dans la justesse de son combat, dans la puissance de ses convictions et la solidité de son ambition pour le Sénégal. C’est aussi parce qu’elle relève d’une grande détermination et d’un sens résolu de l’engagement aussi bien dans les études, dans la vie professionnelle que dans l’activité politique. Il en faut pour aimer sa famille, sa patrie et son peuple !

A mesure que l’on parcourt le livre, que l’on se promène dans les méandres lumineuse des séquences décrites et des péripéties racontées, le Président Macky Sall nous installe et nous réinstalle, avec le recul, nous fils de modestes conditions, dans une sorte de redécouverte de notre ruralité vertueuse faite de refus d’un avenir chahuté par des accidents existentiels, et des entraves qui, au lieu d’inhiber, stimulent, «galvanisent, portent vers l’avant».

Il nous met et remet dans nos passés, nos présents et nos devenirs de défis. Sous ce rapport, l’ouvrage du Président Macky Sall a un goût didactique qui infuse la nécessité de vaincre la fatalité en se disant qu’une origine modeste est aussi un atout. Il convoque la sagesse de l’endurance pour celui qui doit avoir comme horizon possible tous les possibles à l’horizon.
Ils sont nombreux, enfants des profondeurs du Sénégal, du Fouta, du Sine, du Saloum, du Sénégal Oriental, du Cayor, du Baol, du Ndiambour et de la Casamance, qui pouvaient signer ce livre. Ce livre ne parle que du Président Macky Sall. Il nous parle, il leur parle ! Ils sont nombreux à goûter sa saveur autobiographique. A y trouver et retrouver le miroir de leur enfance angoissée de fils de familles modestes, le sens des responsabilités prématurées de leur adolescence loin de la chaleur des parents, les utopies enthousiasmées dans le militantisme estudiantin et plus tard une vie professionnelle dédiée à un engagement pour les causes justes.

Il y a donc tout cela dans cette «enfance qui nous construit», dans «l’enfant à dévorer», dans la politique rapportée à «un héritage et un engagement», dans les «Premières armes», dans «La longue marche». Bref, dans ce qui forge et renforce une ambition chevillée à un courage de servir son peuple. A la fois autobiographie, manuel de leadership politique, ouvrage-bilan et perspectives, ce livre est quelque part «une terre natale», une ode à l’ambition patriotique. Une symphonie humaine, tout simplement.

Chaque épisode raconté par le Président Macky Sall est ici une leçon de vie. Des vies dans sa vie. Sa vie dans des vies. Bouleversée comme l’effet de la sortie du Président Wade à l’époque sur les origines de la famille de son bourreau électoral de 2012. Stupéfiante comme le souvenir des infidélités douloureuses pendant la «chute». Dopante comme chez le Christ qui, face aux souffrances endurées, répond, avec un sourire : «n’ayez pas peur !» Et puis, Confucius nous enseigne que «la plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute.»

MALGRE UN LOURD HERITAGE…

C’est débarrassé de toute peur paralysante et armé d’une ambition courageuse que le Président Macky Sall a entrepris, à travers le Yoonu Yokkuté, de mettre le Sénégal sur «le chemin du véritable développement», dans un contexte où, pourtant, il portait sur ses épaules le lourd fardeau d’une dette financière de 3014 milliards dont 700 milliards au titre de la dette intérieure. Et dire que certains qui étaient aux affaires sous le Président Wade s’autorisent l’audace de nous parler aujourd’hui de tension de trésorerie.

Qui ose, sans cécité politicienne ni mauvaise foi partisane, faire l’impasse sur les immenses sacrifices et efforts consentis pour conjurer l’annonce dramatique, par son prédécesseur le Président Wade, de l’interruption du paiement des salaires de la Fonction Publique ? Macky Sall a hérité d’un Sénégal financièrement au bord du précipice, avec une famine qui hantait le monde rural, là où Abdoulaye Wade avait, en son temps et de son propre aveu, trouvé les caisses de l’Etat pleines après le départ de Abdou Diouf.

Le lecteur découvre un homme, sorte de synthèse du Sénégal, qui connaît et qui a parcouru le pays réel, loin «des beaux discours à Dakar et dans quelques grandes villes du pays». Qui, en dépit des obstacles énormes, a su bâtir une vision fondée sur le vécu quotidien des paysans, des éleveurs, des pêcheurs, des femmes et jeunes en milieu rural, leurs difficultés mais aussi leurs attentes. Il les a traduits en une forte ambition : le Plan Sénégal Emergent. Un Plan qui repose sur des «programmes d’équité et d’inclusion (qui) ont sorti des millions de Sénégalais du dénuement total». Sans le pétrole ni gaz, s’il vous plait !

Justement, avec l’exploitation et la gestion futures du pétrole et du gaz, le Président de la République, géologue de formation, (ce qu’il en dit dans son livre aux pages 49 à 57 est d’une grande clarté), a une vision lucide arrimée à son incontestable expertise en la matière. Une vision qui divorce d’avec la perception fantasmée des prédicateurs de la malédiction.

Les pages consacrées aux questions de développement, de réformes, des libertés, à «l’islam des lumières», aux «Etats Unis d’Afrique» méritent d’être «consommées sans modération» car elles recèlent des pépites d’un leadership performant à inculquer à «cette génération qui doit affronter les nouveaux défis du continent…».

Ce livre est une preuve supplémentaire que l’homme qui se consacre à l’émergence du Sénégal, et qui sans doute s’y consacrera, par les actions et non par la parole, mérite d’être soutenu. Par l’immense majorité des Sénégalais qui, comme le Président Macky Sall, portent «le Sénégal au cœur.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com