Amadou Koufa, ce chef djihadiste qui menace le Sénéga

En appelant au djihad toutes les communautés peuls d’Afrique de l’Ouest, ce prédicateur malien s’est attiré les foudres du Président de la République, Macky Sall. Qui est-il ?

De son vrai nom, Amadou Diallo, le jihadiste malien Amadou Koufa (nom de guerre) est Peul originaire du village de Koufa, à Saraféré, dans le Cercle de Niafunké, dans la région de Mopti. Ainsi, il prend son surnom Koufa en référence à son nom village natal. Au passage, notons que les peulhs sont un groupe ethnique malien basé majoritairement au Centre du pays et s’identifiant notamment à la transhumance pastorale comme option sociale majeure.

Amadou Koufa devient, alors, prêcheur et voyage dans plusieurs pays, particulièrement, au Pakistan et en Mauritanie où il a multiplié les contacts et qui lui permettent d’alimenter son réseau aujourd’hui. Au Mali, il réclame l’instauration d’une république islamique. En prônant la libération, l’émancipation et l’épanouissement à travers son mouvement islamiste, le prêcheur radical malien parvient à attire les plus démunis, les pasteurs transhumants et certains marabouts. Et ce combat finit par promouvoir une forme de révolution sociale vis-à-vis de l’Etat et les structures communautaires quasi-féodales.

Proche de Iyad Ag Ghali, un des plus influents chefs jihadistes au Nord du Mali et fondateur de l’organisation islamiste « Ansar Dine », Amadou Koufa y forme une alliance au début de la guerre du Mali en 2012 et fonde en janvier 2015, son propre mouvement « Front de Libération du Macina » (FLM). Appelé aussi la Katiba de Macina, le groupe armé salafiste d’Amadou Koufa intègre le Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans en mars 2017, apparaissant dans une vidéo, aux côtés de Iyad Ag Ghali, Abou Hassan al-Ansari, Abou Abderrahman El Senhadji et l’algérien Djamel Okacha, tous des Emirs du Sahara.

Pour rappel, il avait, en 2015, dans un autre message enregistré, déclaré la guerre à la France, en appelant à s’attaquer à celle-ci partout, où elle se trouverait, car, la voyant comme l’«ennemi de l’Islam ». Tout dernièrement, il a appelé ses frères peulhs au djihad en mettant en avant la pêrsécution dont ils seraient victimes au nord du Mali. Une menace prise au sérieux au plus haut niveau des États de la CEDEAO.

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com