Video : Babacar Diop au préfet : « Il vaut mieux encadrer la marche du 12 octobre que de tenter de l’interdire »

Le Front Dog Bummi Gacce qui a prévu d’organiser une journée  nationale de la Dignite et de la Démocratie le 12 octobre prochain devant le ministère de l’Intérieur, parviendra-t-il à faire ce que le Front Démocratique et Social pour la Résistance National n’a pas fait. « Nous appelons le peuple sénégalais dans la rue pour défendre la dignité et la démocratie », a lancé, le coordonnateur, du Front Dog Bummi Gacce, Babacar Diop, qui a promis d’arrêter les dérives de Macky Sall. Pour ne pas subir le même sort que Mamadou Diop Decroix et Cie, qui ont été humiliés par les forces de l’ordre, M. Diop appelle à un grand rassemblement devant le ministère de l’Intérieur. « Aucun arrêté préfectoral ne peut empêcher la tenue de cette manifestation. Il vaut mieux l’encadrer que de tenter de l’interdire. Car, un préfet ne peut pas arrêter un peuple décidé à marcher vers la liberté et la dignité », prévient-il.

Pour l’ancien responsable des jeunesses socialistes, l’interdiction de cette journée serait une provocation dangereuse et lourde de conséquences. « Nous demandons solennellement au président de la république de prendre ses responsabilités pour assurer l’encadrement de cette manifestation dans la paix et le calme. Sinon, il sera le seul responsable de tout ce qui adviendra. Cette fois-ci, le peuple marchera jusqu’au grille du Palais de la République », dit-il.

Par ailleurs, le coordonnateur du « Front Dog Bummi Gacce » n’a pas raté  le chef de l’Etat. Le senegal, dit-il, est ravagé par une épidémie qui a pour nom l’injustice et le vice. Aujourd’hui, un pouvoir oppressif et sanguinaire a manifestement montré sa volonté funeste d’imposer au peuple une violence aveugle et inouïe afin de satisfaire des besoins claniques. « Nous vivons dans une odieuse dictature. Tout est réduit à la volonté et à la fantaisie d’un seul et unique individu qui ne recule devant aucune ignominie : Macky Sall. Il met en prison qui il veut, libéré qui il veut, envoie en exil qui il veut. Macky Sall est à la fois le juge de première instance, de deuxième instance et dernière instance. Il se substitue au Juge constitutionnel pour se choisir ses propres adversaires. La justice est devenu son bras armé, ne fait que se soumettre à ses désirs les plus loufoques. Nous ne vivons plus dans une République », martèle M. Diop. Et de poursuivre : « Nous devons défendre la dignité de notre peuple. Car, Macky Sall prépare un coup de force ignoble : un terrible maquignonnage politique et électoral. Ainsi, il exige la libération de tous les prisonniers politiques, le retour au pays des exilés politiques, la démission de Aly Ngouille Ndiaye ».

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com