Une étudiante et son amant jugés pour extorsions de fonds

C’est à se demander quelle genre de relation l’étudiante M. Guèye entretient avec son petit-ami, A.Mbengue pour que ce dernier la laisse entretenir des rapports sexuels avec un autre homme , pour de l’argent. A moins qu’il ignore les activités de cette dernière, comme il l’a laisser croire à la barre. En tout cas, c’est pour la modique somme de 20 000 FCFA , qu’il ont passé quelques jours en prison.

Jugé pour extorsion de fonds et usurpation de fonction, le couple  d’étudiants a écopé d’une peine  d’avertissement de six mois . La jeune fille de 24 ans , qui est une étudiante et qui préparait , selon ses dire le concours de l’ENA, avait en effet besoin d’acheter  des livres. Malheureusement, elle était a court d’agent.

A la barre, elle a raconté avec les larmes aux yeux, que c’est dans ces circonstances qu’une amie l’a mis en rapport avec le plaignant L.Ndiaye. C’est ainsi qu’il se sont retrouvés à Sacré-Cœur le 28 juillet dernier   . « Il m’avait promis de m’offrir la somme de 25 000 FCFA pour que je puisse acheter des livres », a-t-elle dit. Mais, le hic, c’est qu’après la partie de jambe en l’air , son partenaire n’a pas daigné payer « le prix de la passe ». Furieuse, elle n’a pas hésité à confisquer la carte  d’identité de ce dernier. Ce, dans le but de lui réclamer ses 25 000 FCFA, faute de quoi elle allait lui faire emprisonner.

Devant le refus de sa victime d’obtempérer, la prévenue est passé à la vitesse supérieur en entraînant son petit-ami, A.Mbengue , dans son jeu. C’est ainsi que celui-ci a contacté la partie civile en passant pour un policier, avant de lui demander de donner les 25 000fcfa exigé par sa petite amie. A la barre, le plaignant a expliqué que lorsque A.Mbengue l’a contacté, ce dernier lui a dit qu’il était un policier au commissariat des Parcelles Assainies  et qu’on l’appelle « King ».

C’est ainsi dit-il, que son interlocuteur  lui a dit que sa carte d’identité était avec lui, et que si jamais il ne remettait pas les 25 000 FCFA à Mlle Guèye, il allait l’emprisonner. La peur au ventre raconte le plaignant, il lui a fait savoir qu’il n’avait sur lui que 20 000 FCFA . « Lorsqu’on est tombé d’accord sur cette somme, j’ai envoyé l’argent directement sur le numéro de Mlle Guèye. Aussitôt, son  ami m’a fixé rendez-vous au commissariat pour récupérer ma carte d’identité. C »est arrivé là-bas que j’ai su qu’il m’a dupé »  déclara le plaignant.

Quant au faux policier qui est poursuivi pour usurpation de fonction et extorsion de fonds. Il s’est expliqué devant le prétoire.  » je ne savais même pas ce qui opposait réellement la partie-civile et ma petite-amie. C’est  cette dernière qui m’a demandé de me faire passer pour un policier. Et j’ai agit sans réfléchir. Je n’ai rien gagné sur les 20 000 francs Cfa », a juré le prévenu.

 

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com