AFFAIRE PRODAC: Idrissa Seck interpelle les partenaires internationaux

L’affaire du présumé détournent de fonds programme des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC) est loin de connaitre son épilogue. En effet, dans un communiqué de presse signé par Idrissa Seck, le président du parti REWMI, par ailleurs ancien premier ministre du Sénégal, il est dénoncé que : « Le drame des 123 sénégalais qui échouent encore sur les rives de la Méditerranée est le symbole d’une grande partie de la jeunesse désemparée à qui aucune opportunité crédible n’est offerte par le régime carrent de Macky Sall qui a lamentablement échoué sur l’emploi et l’insertion des jeunes ».

Selon Idrissa Seck: « Les tristes images que nous renvoient les télévisions et les médias du monde entier ne sont pas dignes de notre pays dont le Président vient de démontrer, encore une fois, son incapacité à mettre en place de réelles politiques publiques d’insertion des jeunes ».

« Durant tout son mandat, au lieu d’une politique de jeunesse réfléchie et prospective, celui qui avait promis 500 000 emplois par année, se livre à des bricolages, des slogans creux et des recettes électoralistes comme la DER pour masquer en vain son incompétence à répondre aux préoccupations de nos valeureux jeunes.

Il est pourtant unanimement reconnu que ceux-ci ont un sens de l’initiative hors du commun comme ils le démontrent partout dans le monde à chaque fois qu’ils sont à armes égales dans les domaines les plus pointus », a martelé le président de REWMI, et de renchérir que : « Malheureusement, avec les scandales successifs sur le détournement des fonds destinés à l’emploi des jeunes et de leur insertion, ce drame remet à l’ordre du jour la gravité de la situation socio-économique du Sénégal ».

Toutefois, l’ancien premier ministère du Sénégal a : « ‘interpellé la société civile ainsi que les partenaires internationaux qui avaient aidé à financer des initiatives comme le Programme des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC) pour éclairer les sénégalais sur la gestion de ces fonds qui auraient pu aujourd’hui maintenir ces jeunes dans le cadre de projets viables pouvant générer des milliers d’emplois. C’est seulement par une gestion rigoureuse de tels programmes, des ressources qui y sont allouées, mais aussi une volonté politique de mettre en place une véritable politique de jeunesse que nous pourrons ensemble mettre fin à ces drames de la migration ».

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com