Quand le juge Demba Kandji fait appel à l’ordre des avocats pour le « cas » Me Ousseynou Fall

La tension demeure palpable au deuxième jour du procès en appel de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Les débats ont repris après une suspension de quelques minutes pour baisser l’adrénaline.

« Nous sommes ici pour une question sérieuse », dira Me Ousseynou Fall, qui parle d’une arrestation de leur client pour des affaires politiques.

« Il est illégalement détenu et arbitrairement détenu. Vous n’avez pas le droit de vous détourner du jugement de la Cédéao dans votre dossier, car il vous lie » s’adressant au juge. « Ce n’est pas une simple affaire où on doit violer impunément les droits de la défense. Khalifa a le droit d’être défendu par ses avocats ».

« Cette procédure initiée par l’exécutif a été mal présentée devant vous. C’est un acte d’appel mais il faudrait que la citation soit régulière. Monsieur le procureur je vous regarde dans les yeux, vous avez commis des turpitudes. Je n’ai plus rien à attendre de votre justice, je n’attends que la justice divine. Nous ne tolérerons plus qu’un avocat de la partie civile tienne ici des propos injurieux en notre encontre ». Me Fall poursuit sur un autre registre « le fait de rejeter nos observations est un délit de justice, nous ne cautionnerons pas. Rendez la justice au nom du peuple Sénégalais en ressuscitant le serment d’honneur que vous avez fait, je ne vous fais pas de menace, mais lorsque on est complice d’une forfaiture c’est un crime, et cela est passible d’une procédure ».

« Je fais appel à l’ordre des avocats pour corriger ce comportement », invoque le juge Samba Kandji pour qui ce discours est discourtois « je voudrais le regretter au nom de mes collègues. on ne peut pas supplier le discours ni dans la forme ni dans le fond de cette procédure ».

Me Ndiéguène Secrétaire Général de l’ordre des avocats « l’ordre des avocats n’acceptera qu’il y ait quelque chose qui ne soit pas conforme à ses règles. L’ordre n’accepte pas qu’un avocat manque de respect à la cour, et vice versa. Tous les manquements seront relevés et sanctionnés. Vous exercez l’imperium que vous confère la loi, la police de l’audience vous revient. Les avocats de part et d’autres peuvent compter sur nous. Nous prenons note, vous avez confirmé que vous respecteriez les droits de chacun, pour le reste nous surveillons et nous prenons actes ».

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com