Moustapha Cissé Lô : «Je suis pour des retrouvailles qui privilégient l’intérêt du Sénégal»

Moustapha Cissé Lô est favorable aux retrouvailles Wade-Macky, si elles vont dans l’intérêt du pays. Venu accompagner le Président Macky Sall en visite de 48 heures à Touba, le Vice-président de l’Assemblée nationale estime possible de rétablir un dialogue entre les deux personnalités.

Même absent, il avait les oreilles braquées sur le pays. de tous les sujets de l’actualité, Moustapha Cissé Lô a choisi de se prononcer sur l’appel du Khalife général des mourides, Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké, pour des retrouvailles entre Macky et Wade. Depuis la sortie du porte-parole, Cheikh Bass Abdou Khadre, rapportant les propos du Khalife, les partisans du Président Sall sont, pour le moment, les seuls à donner leurs positions. Après Aminata Touré, favorable aux retrouvailles Wade-Macky, estimant que dans une civilisation aussi avancée qu’au Sénégal, il faut des rapports civilisés entre les acteurs politiques, le premier Vice-président de l’Assemblée nationale et membre de la mouvance présidentielle, donne sa position sur les retrouvailles entre l’actuel président de la République et son prédécesseur. Il se dit partant, si ces retrouvailles doivent se faire dans l’intérêt du Sénégal. «Je suis pour la stabilité du pays. Si on peut amener les deux parties qui sont en contradiction, à se retrouver, discuter et rétablir un dialogue sain, privilégiant l’intérêt supérieur de la Nation, je ne vois pas d’inconvénient. Abdoulaye Wade est notre père à nous tous. Aujourd’hui, si les acteurs politiques, les chefs religieux pensent que c’est la meilleure chose pour que le Sénégal aille de l’avant, dans l’intérêt des communautés, je n’ai pas de problème. Ce dialogue pourrait peut-être avoir lieu», a estimé Cissé Lô. Si certains parmi les plus proches collaborateurs du Président Sall se disent favorables à ces retrouvailles, il faudra voir du côté de l’entourage d’Abdoulaye Wade, si on est prêt à faire la paix, avec l’emprisonnement et «l’exil forcé» de leur candidat à la Présidentielle de 2019, Karim Wade. Une pilule qui a toujours du mal à passer pour Abdoulaye Wade et certains membres du Parti démocratique sénégalais (Pds). Mais, le membre du Secrétariat exécutif national de l’Apr minimise, d’avis que rien n’est impossible. Le président du Parlement de la Cedeao : «Allez interroger l’histoire entre Lamine Guèye et Senghor. Des gens ont été tués et il y a eu des retrouvailles. Entre Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, des personnes ont été arrêtées. Il y avait beaucoup d’arrestations, mais ils se sont retrouvés. Pourquoi pas aujourd’hui Macky Sall et Abdoulaye Wade ne pourraient discuter, échanger et se retrouver dans un même gouvernement pour l’intérêt du pays ?»

Facebook Comments
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com